Jean-Pierre MARCOS

57 bis, rue de Tocqueville
Impasse Léger, escalier 6
75016 Paris
Tél. : 01 43 80 77 65 – 06 60 82 69 41
jnprrmrc@aol.com

Le 2e mercredi du mois
à 20h30
au local
1re réunion le 10 octobre

La question du transfert

« La psychanalyse a consistance des textes de Freud, c’est là un fait irréfutable. »
Jacques Lacan, “Proposition du 9 octobre 1967 sur le psychanalyste de l’École”.

Freud s’emploie à déterminer les modalités psychiques présidant en chacun de nous au « choix d’objet » amoureux, ainsi que les conditions déterminant l’amour.

Nous proposerons de parcourir un certain nombre de textes emblématiques de l’abord freudien de la vie amoureuse des hommes et des femmes, non sans renouer avec ceux que Freud appellent les poètes au sens large, c’est-à-dire les créateurs de fantaisies, tels WilhelmJensen, l’auteur fameux de la Gradiva, laquelle désignait selon Roland Barthes « l’image de l’être aimé pour autant qu’il accepte d’entrer un peu dans le délire du sujet amoureux afin de l’aider à en sortir ».

Nous accentuerons cette année notre lecture de Freud en convoquant ses textes majeurs sur le transfert afin de prendre la mesure de l’importance théorique et clinique de cette catégorie métapsychologique dont la reprise lacanienne nous permettra de repenser quelques apories de l’élaboration freudienne.

Nous nous poserons ensuite quelques questions : l’objet élu n’est-il qu’une variable contingente et précaire du désir indestructible en sa détermination fantasmatique ? Comment penser avec Freud et/ou Lacan la spécificité de la rencontre amoureuse et le rapport à la singularité irréductible de l’autre aimé ? L’unicité de l’autre n’est-elle qu’un leurre définitif ?

Si à n’en pas douter, chacun d’entre nous se trouve bien, qu’il l’assume ou non, dans l’histoire de la psychanalyse et ce, à un moment précis de celle-ci, un « certain renouvellement de l’alliance avec la découverte de Freud », pour reprendre l’expression de Lacan dans le Séminaire XI, exige en effet, plus que jamais, une rigueur de lecture et une mise en perspective critique de ses thèses, et ce afin de prendre la mesure de ses avancées et de ses limites dans l’ordre de la pensée et de la pratique des cures.

Séminaire ouvert. Pour s’inscrire, téléphoner ou écrire.