Colloques

Pour les journées d’études passées, veuillez vous référer à la page suivante : Historique des colloques.

Paris

Colloque : Vie fœtale et psychanalyse – Samedi 1er décembre 2018

Les avancées de l’échographie, ces dernières années, ont profondément modifié nos connaissances et nos représentations quant à l’existence et au développement de la vie fœtale. Que nous enseignent ces films échographiques sur la « relation » que le fœtus noue avec son environnement utérin et aussi avec les proches qui l’entourent ?
Le prénatal laisse des traces dans le ressenti corporel et dans la vie psychique du sujet en devenir et de sa mère. Ces traces s’inscrivent-elles dans le registre de la représentation ou s’expriment-elles autrement ? L’analyste peut-il les repérer dans sa clinique, celle de l’autisme en particulier ? Questions ouvertes…

Pontarlier

Les ateliers freudiens de Pontarlier : Corps et déploiement d’espaces

La perte, incessante, troue le réel de nos vies. Le travail du deuil tend à retisser, repriser, les fils soudain rompus en faisant appel à la signifiance du langage pour que cette perte non effacée soit symbolisable par le sujet, devienne absence/présence dans le symbolique, dans le collectif. C’est le sens des rites funéraires qui spécifient l’humanité.

Strasbourg

Fabrique du dire “La part d’ombre. Opacité du sujet et mur du langage : la question de l’autorité” 30 et 31 mars 2019

« Ils sont de l’autre côté du mur du langage, là où en principe je ne les atteins jamais. Je vise toujours les vrais sujets, et il faut me contenter des ombres. Le sujet est séparé des autres, les vrais, par le mur du langage […] L’analyse doit viser au passage d’une vraie parole, qui joigne le sujet à un autre sujet, de l’autre côté du mur du langage. C’est la relation dernière à un Autre véritable, à l’Autre qui donne la réponse qu’on n’attend pas », Jacques Lacan, Le séminaire, livre II, Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse.