Catherine MULLER

187, rue de Vaugirard
75015 Paris
Tél. : 01 45 66 66 57

Le 4e lundi du mois
à 21h15
au local
1re réunion le 23 septembre

Lacan illisible ? Paradoxalement, c’est lui qui nous a permis de lire Freud en donnant un sens aux obscurités, aux apories et aux énigmes non résolues de bien des textes freudiens. Ses concepts nouveaux et ses anticipations ont ouvert très largement le champ de la psychanalyse freudienne.
Nombreux sont les qualificatifs passionnés attachés à sa personne. Peu de temps avant sa mort, il disait être « un traumatisé du malentendu », quoiqu’il ait essayé de faire pour le dissiper. Mais nul ne pouvait nier ses talents de clinicien rigoureux et sincèrement dévoué aux patients en proie à des affections mentales. Il reconnaissait devoir au cas Aimée, un cas de « paranoïa autopunitive », son orientation vers la psychanalyse. Nul ne pouvait lui contester sa ferveur d’enseignant inventant le savoir en même temps qu’il parlait à son public. Nul ne pouvait mettre en doute son désir de transmettre le message freudien de la psychanalyse.
Cette année sera consacrée à la lecture de quelques-unes de ses conférences et articles foisonnant d’idées stimulantes et d’indications précieuses tant théoriques que cliniques, qui permettront à chacun d’y trouver ce dont il a besoin pour sa pratique. Le projet est clair : lire Lacan pour l’entendre.

Séminaire ouvert aux membres et aux auditeurs libres. Les inscriptions se font lors du premier séminaire.

Bibliographie accessible sur internet :
– « Le Mythe individuel du névrosé ou poésie et vérité dans la névrose », 1953.
– « Petit discours aux psychiatres de Sainte Anne », 1967.
– Conférence à Genève, « Le symptôme », 1975.
– Conférences et entretiens à Yale University, 1975.