Benjamin ABDESSADOK

32, boulevard de Reuilly
75012 Paris
06 14 17 85 72
abdessadok_benjamin@yahoo.fr

Le 2e mardi du mois
à 20h30
au local
1re réunion le 12 octobre

Bousculant régulièrement le cadre analytique et l’analyste lui-même, les personnalités à fonctionnement limite, bien qu’aux « limites de l’analyse », sont néanmoins demandeuses d’écoute et peuvent s’engager dans un réel travail analytique.
Marqués par une subjectivité en question, ces analysants sont souvent transgressifs, impulsifs, écorchés vifs, avec une douleur existentielle. Par ailleurs, ils présentent souvent une tendance au passage à l’acte et à des conduites à risques. Les mécanismes de défense auxquels ils ont recours (le clivage entretenu par le déni) maintiennent le contact avec la réalité en protégeant le narcissisme du sujet. Souvent en «crise » permanente », ces analysants interrogent directement et systématiquement la pratique de l’analyste, son écoute et ses interventions…
Marqués par des angoisses d’abandon et de perte d’amour de l’objet aimé, ils conduisent la cure aux frontières de l’analyse. À la différence, les psychotiques n’auraient pas cette même notion d’objet mais des émotions liées à une perte d’amour…
Dans ce séminaire de recherche, nous interrogerons la clinique et, bien sûr, les auteurs qui ont abordé ces questions. Un choix bibliographique sera proposé à chaque séance. Auteurs de référence : Sigmund Freud, Sándor Ferenczi, Jacques Lacan, Melanie Klein, Donald W. Winnicott, Piera Aulagnier, Didier Anzieu… Je ferai également appel à des intervenants extérieurs ponctuels qui enrichiront nos débats.

Pour s’inscrire me téléphoner ou m’envoyer un mail.