La référence à Dieu, au Roi, aux Pères de la Nation, ne permet plus de fonder la paternité. Le siècle des Lumières, la Révolution française, la Grande Guerre avec ses morts et ses mutilés ont contribué à déstabiliser la fonction paternelle. Freud, anticipant ce phénomène, construit le mythe du père de la horde primitive, et Lacan, avec le Nom-du-père, tente une autre approche mais maintient le discours analytique dans une dimension phallocentrique.
Cette organisation est aujourd’hui mise en question. Mais les revendications féministes, justifiées et nécessaires, tendent à conduire à une guerre des sexes où l’insatisfaction domine.
Qu’est-ce qu’un père si l’on rejette l’image traditionnelle ? Qu’est-ce qu’une mère, au-delà de la fonction nourricière ? Pourquoi est-ce actuellement si difficile de se reconnaître comme enfant d’un homme et d’une femme, et pourquoi, faute de s’y reconnaître, est-on condamné à l’errance ?
Telles sont les questions essentielles que la psychanalyste Suzanne Ginestet-Delbreil, en s’appuyant sur un travail théorique rigoureux et une riche expérience clinique, aborde dans ce livre.

Suzanne Ginestet-Delbreil est psychanalyste, membre actif de la Société de psychanalyse freudienne (SPF). Elle a publié : L’Appel du transfert, InterEditions, 1987 ; La Terreur de penser, Plancoët, 1997 ; Du désaveu à l’errance, un préalable à la perversion et à d’autres phénomènes, Plancoët, 2003 ; Narcissisme et transfert, CampagnePremière /, 2004.


Parution : 14 octobre 2009
ISBN : 9782915789522
Pagination : 168 pages
Prix : 18.3 €