Dès la naissance de la psychanalyse, s’est posée la question de ses liens avec la médecine et la biologie, et de sa difficulté à penser sa spécificité par rapport à ces disciplines.
À partir de sa clinique auprès de patients souffrant de maladies somatiques graves, Hélène Oppenheim-Gluckman développe une réflexion sur les diverses modalités de l’acte analytique. La maladie, qui confronte au réel du corps, interroge les liens entre corps et sentiment d’identité, ainsi que l’articulation entre espace de la cure et espaces médicaux. L’auteure montre comment la causalité psychique inconsciente délimite le champ de la psychanalyse par rapport aux autres disciplines médicales et scientifiques, dont les neurosciences.
Cet ouvrage défend l’idée d’une psychanalyse insérée dans la société qui puisse montrer, par son action, sa pertinence et son utilité. Hélène Oppenheim-Gluckman en décrit ses modalités et ses difficultés à partir de son expérience. Une postface esquisse les retentissements de la pandémie de 2020 sur la pratique analytique en lien avec la médecine.
Ainsi cet ouvrage de fond sur les rapports entre le psychanalyste, le médical et la maladie rencontre l’actualité et s’inscrit comme une référence essentielle.


Parution : 07 octobre 2020
ISBN : 978-2-37206-060-8
Pagination : 224 pages
Prix : 19.90 €