Bien plus qu’un personnage de roman, Sherlock Holmes est devenu un mythe du xxe siècle. Comment expliquer ce succès ? Par sa méthode d’investigation, qui fait de lui un bien étrange expert, à la fois savant et sorcier. Il est l’initiateur du roman policier centré sur l’élucidation rationnelle d’une énigme, et par là anticipe l’approche psychanalytique. On le prétend scientifique, alors qu’il se réfère plutôt à la clinique. Ainsi caractérisées dans leurs enjeux méthodologiques, les enquêtes de Sherlock Holmes apparaissent alors comme une magistrale leçon d’interprétation dans laquelle est soulignée l’alliance entre la construction d’un récit et la résolution d’une énigme, et où la présence du parodique et du poétique apporte une touche profondément humaine à l’enquête.

Dominique Meyer-Bolzinger est maître de conférences à l’université de Haute-Alsace (Mulhouse) où elle enseigne la littérature française du xxe siècle. Spécialiste reconnue du roman policier, elle s’intéresse tout particulièrement aux méthodes d’investigation fictive et aux transferts du roman policier vers la littérature. Elle a publié des articles sur la littérature policière dans de nombreuses revues, ainsi qu’un ouvrage issu de sa thèse de doctorat : Une méthode clinique dans l’enquête policière : Holmes, Poirot, Maigret (Liège, CÉFAL, 2003).


Parution : 25 janvier 2012
ISBN : 9782915789799
Pagination : 200 pages
Prix : 20.3 €