Long cheminement accompagné de nombreux traumatismes, l’exil est un arrachement à la terre natale, une perte des êtres et des objets aimés, un abandon de la langue maternelle. Il porte les traces de la violence qui a précipité l’expulsion. Ce déracinement provoque un deuil singulier, entre nostalgie et euphorie, entre idéalisation du pays perdu et idéalisation du pays d’accueil. Mais l’exilé demeure un étranger qui ne cesse d’avoir à faire valoir son identité.
En s’appuyant sur la littérature, la mythologie, les figures de Moïse et d’Œdipe reprises par Freud – exilé lui-même –, Lya Tourn trace les contours de ce phénomène profondément inscrit dans l’histoire de l’humanité. À la faveur de son expérience clinique, elle interroge les enjeux identitaires de l’exil. Car si l’exil peut mener à l’anéantissement d’un sujet, il peut conduire aussi à un dépassement, vers une identité ouverte.
Lya Tourn, d’origine uruguayenne, exilée en France en 1975, naturalisée française, est membre associé de la Société de psychanalyse freudienne (SPF), et docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse à l’Université Paris 7. Elle a publié : La Psychanalyse dans les règles de l’art, Seuil, 2009.


Parution : 01 août 2003
ISBN : 9782915789546
Pagination : 192 pages
Prix : 21.3 €