Édith BÉGUIN

5, rue Vicat
38000 Grenoble
06 78 02 76 32
edithm.beguin@gmail.com

Pascale de CHARENTENAY

7, allée des Arts
34000 Montpellier
04 67 45 09 44
pascaledecharentenay@orange.fr

Cinq samedis par an
de 11h à 13h
au local et par Zoom
1re réunion le 2 octobre

En 1931, au moment où l’Europe des lumières se tenait au bord du précipice dans lequel elle allait sombrer, Arthur Schnitzler confiait à une amie : « Que nous soyons créés pour admettre l’inadmissible, pour supporter l’intolérable, voila qui rend notre vie si douloureuse, et lui confère cependant une richesse inépuisable. » Dans son roman Vienne au crépuscule, Arthur Schnitzler avait aussi écrit que « les racines [du psychisme] s’enfoncent à une telle profondeur qu’il nous est impossible de suivre leur chemine-ment ».
Freud aura rendu hommage à Schnitzler dans une lettre fameuse du 14 mai 1922 : « En me plongeant dans vos splendides créations, j’ai toujours cru y trouver derrière l’apparence poétique, les hypothèses, les intérêts, et les résultats que je savais être les miens […] tout cela éveillait en moi un étrange sentiment de familiarité. »
Ce sont ces profondeurs étrangement familières – unheimlich , au-delà du principe de plaisir, que nous explorerons lors de ce séminaire : le jeu opposé de ces forces originelles, Eros et Thanatos, qui peuvent aller jusqu’au meurtre de soi ou de l’autre, et font de notre vie une énigme que nous peinons à penser.
Nous lirons avec Freud, Lacan, Bion, Winnicott, Klein, Green, cette littérature viennoise « crépusculaire » en nous appuyant sur notre clinique, et nous essaierons, par-delà le bien et le mal, de donner du sens à ce que signifient, pour nous humains, aimer et mourir, témoignant du rôle fragile mais indispensable de la fonction symbolique.

On s’inscrit en écrivant à l’une d’entre nous.