Une expérience fréquente dans la cure est celle de l’émergence de survivancesqui brisent les liens associatifs et peinent à devenir le récit d’une histoire. On pourrait comparer ces survivances à des « anachronismes » qui persistent et restent actifs, et que Freud, dans sa fameuse lettre du 6 décembre 1896 à Wilhelm Fliess, compare à des « fueros ». À partir de fragments de séances et d’une réflexion sur la transmission de la clinique, nous mettrons en relief la manière dont apparaissent et s’élaborent, au fil de la cure, ce que Freud nomme traces. Comment peut-on penser ces restes, ces ressentis ou, mieux encore, ce qu’on pourrait appeler des « sentis », comme les appelle Michèle Montrelay, qui laissent voir des failles dans l’inscription langagière ?

Comité d’organisation : Marie-Christine BAFFOY, Monica BROQUEN, Patrick GUYOMARD, Marion LÉVY

À l’ASIEM : 6, rue Albert de Lapparent, 75007 Paris

Membres de la SPF et auditeurs libres : participation incluse dans la cotisation.
Inscription individuelle : 80 € – Étudiant : 40 €

Matinée
Présidente de séance : Géraldine CERF DE DUDZEELE

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Présentation de la journée
Isabelle ALFANDARY
Formes de la revenance

9h30 : Table ronde
Construire et interpréter à partir des survivances
Marie-Christine BAFFOY, Doris COHEN, François POMMIER

11h00 : Pause

11h15 : Monica BROQUEN
Souvenirs tranchés, Ondine en quête d’auteur
Discutant :Patrick GUYOMARD

Après-midi
Présidente de séance : Maylis de LA SAUSSAY

14h15 : Table ronde
Ce qui demeure de ce qui a disparu
Isabelle AZÉMAR, Antoine FONTAINE, Marion LÉVY
Modératrice : Marie-Christine MOULIER

15h45 : Pause

16h00 : Françoise DAVOINE
L’usage des images survivantes dans le transfert avec la folie et le trauma
Discutante: Marcianne BLÉVIS

17h15 : Patrick GUYOMARD, conclusion