Anne BOURQUIN-CHOSSEGROS
144, montée de Choulans
69005 Lyon
Tél. : 06 77 41 58 59
annebrouan@hotmail.com
Le 3e mardi du mois
à 20h30
144, montée de Choulans
69005 Lyon
1re réunion le 15 octobre

Comment approcher, lire/déchiffrer l’archaïque dans le travail analytique ? C’est au cœur de chacun la présence du natal, de l’origine et des commencements, l’ombre interne qui nous habite, l’illisible des expériences initiales du contact et des ondes premières qu’il nous faut convertir en langage, sans pour autant chasser cette ombre qui nous constitue dans un mystère nécessaire, protecteur de l’aveuglante et terrifiante lucidité de la folie.
La clinique nous apprend que si ces expériences précoces sont malmenées et subissent des torsions ou des violences trop grandes, elles peuvent détruire les fondations corporelles et psychiques nécessaires à la constitution d’un sujet. Il faut donc tenir compte, absolument et a priori, de cette aphasie originaire, de cette infirmité natale du nourrisson, de l’infans, car cette blessure primordiale peut devenir angoisse térébrante insurmontable, si elle n’est pas accompagnée d’une parole d’adulte qui porte et permet de franchir une à une les étapes des constructions symboligènes de l’individu. Comment se séparer de ces ombres premières sans se perdre, sans tout perdre ? Si aucune parole ne vient scander ce cheminement temporel, physique et psychique, la violence éprouvée peut détruire les processus d’humanisation.
Ainsi toute analyse doit en tenir compte et l’analyste est invité à s’engager jusqu’en ces zones reculées de l’arrière-pays du maternel et des commencements s’il veut atteindre ce qui fonde les constructions pathologiques de la psyché et nourrit les symptômes les plus résistants. L’archaïque, c’est l’antérieur auquel il faut accéder si l’on veut repartir vers l’avant, le vivant délivré de l’angoisse infernale des retours.
Nous tenterons de questionner le lien entre l’angoisse et le pré-spéculaire, appuyant nos élaborations sur la lecture de textes fondamentaux de la psychanalyse : Melanie Klein, Françoise Dolto, Sigmund Freud, Jacques Lacan, Donald W. Winnicott.
Ce groupe est ouvert à des cliniciens ayant une expérience personnelle de la psychanalyse et une pratique qui s’y réfère. Chacun est invité à partager ce qui le questionne dans son travail et l’amène aux limites de l’analysable.

On s’inscrit en me contactant.