2e journée : La parole de l’adolescent chez le psychanalyste

 À l’Association du Quartier Notre-Dame-des-Champs
92 bis, boulevard du Montparnasse, 75014 Paris

L’adolescent qui consulte en cabinet est le plus souvent adressé par ses parents
ou par l’école pour des troubles du comportement bruyants ou silencieux. À moins que ce ne soit des conduites à risques ou une inhibition marquée qui inquiètent les adultes. Seul à seul, loin des institutions offrant un cadre contenant, nous évaluons notre enga-gement à l’aune de notre responsabilité auprès de l’adolescent mineur et des parents qui nous l’ont confié.
Comment prendre en compte la place des parents, voire d’autres tiers, sans risque de déloyauté, dans l’instauration du cadre de la cure ? Comment l’adolescent s’empare-t-il ou refuse-t-il le cadre proposé et la parole qui lui est donnée ? Quels bénéfices peut-il en attendre ?
Comment le transfert opère-t-il dans la cure de l’adolescent, lorsque aucune latéralité institutionnelle ne vient en atténuer les effets ? À quels « événements » l’analyste peut-il être confronté, l’amenant parfois à interpeler l’institution ?
Comment envisager la fin de la cure ?
Voici quelques-unes des questions que nous nous proposons de mettre en débat lors de cette 2e journée sur la clinique de l’adolescent.

Matinée
L’instauration du cadre
Interventions d’Isée BERNATEAU, Évelyne LENOBLE, Catherine MATHA

Après-midi
– Table ronde : Les événements dans la cure
Gérard COTTÉ, Catherine DESNOS, Jean-Philippe GUÉGUEN
– Intervention de François POMMIER à propos des fins de cure

Comité d’organisation : Tristan GARCIA-FONS, Jean-François SOLAL, Claude STARCK, Catherine VEY

Le programme détaillé sera diffusé ultérieurement.