Éliane ALLOUCH

10, rue Érard
75012 Paris
Tel. : 01 43 43 65 17
06 42 27 09 20

Sylvie SESÉ-LÉGER

15, rue des Frères d’Astier de la Vigerie, 75013 Paris
Tel. : 01 45 84 30 23
06 18 90 35 87

Le 2e jeudi du mois
à 21h
au local
1re réunion le 10 octobre

Dans la perspective des filiations analytiques et des dynamiques transférentielles, nous poursuivrons l’étude des textes des pionner(e)s sur la sexualité féminine en regard des recherches contemporaines sur le féminin. Rappelons que la question de la sexualité féminine, à l’origine de nombreuses et fructueuses controverses, correspond à des moments critiques dans l’histoire de la psychanalyse.
En 2015-2016, les textes de Lou Andreas-Salomé ont ouvert, avec ceux de Freud et de Ferenczi, les thèmes majeurs qui sous-tendent la problématique du féminin et de la sexualité féminine : le corporel, le narcissisme, la libido d’objet, les aléas de la sexualité infantile et adulte, la prétendue faiblesse du surmoi féminin et les modalités féminines de la créativité.
En 2016-2017, dans la même perspective, ont été étudiées les origines du conflit sur la sexualité féminine au Congrès international de psychanalyse de 1922 à Berlin, puis les textes sur la sexualité féminine d’Abraham, de Jones, de Melanie Klein, de Joan Rivière en alternance avec les textes contemporains de Sylvie Roques (« La perversion au féminin »), d’Elisa dos Mares Guia-Menéndez (« Le passage de Freud à Lacan »), de Suzanne Ginestet-Delbreil (« De Michèle Montrelay à Lacan »), de Jean-Michel Louka (Féminin singulier, une étude lacanienne, Éditions Lambert-Lucas).
En 2017-2018, « Héloïse ou le non ensevelissement du corps » de Françoise Guillaumard ; « Le féminin dans la Bible » de Florence Reznik ; « La sexualité féminine pour Ferenczi » d’Yves Lugrin ; « Débats de 1932 sur la sexualité féminine, enjeux pour la cure. L’exemple hongrois » de Patricia Rossi ; « La sexualité féminine pour Joyce McDougall » par Philippe Porret.
En 2018-2019, nous avons poursuivi l’étude des textes des pionnier(e)s. Sont intervenues notamment Marie De Gandt sur le temps féminin, Suzanne Ginestet-Delbreil sur l’histoire du désir féminin, Patricia León sur la lettre d’amour, l’absence et le féminin, Pascale Hassoun, auteure de Un dragon sur le divan (Érès) sur le féminin en Chine, Eva Landa sur l’excision et la haine de soi à propos de Marie Bonaparte, Gloria Leff sur son livre L’affaire Freud-Hirschfeld. Une valse-hésitation avec l’occulte (Epel).
Le programme et la bibliographie de l’année 2019-2020 seront diffusés lors de la première réunion.

Pour s’inscrire, contacter l’une d’entre nous.