Patricia ROSSI
68, rue Jean de Bernardy
13001 Marseille
04 91 08 81 98
rossi.pml@wanadoo.fr

Un lundi par mois
à 20h30
Atelier Gouache
56, rue Consolat, 13001 Marseille
11/10, 08/11, 13/12, 17/01, 21/02,
21/03, 25/04, 23/05, 20/06

« Les femmes s’en tireraient-elles plutôt mieux que les hommes dans le maniement du contre-transfert ? », telle est la question que pose Gloria Leff dans Portraits de femmes
en analyste. Lacan et le contre-transfert
(Epel, 2009), qui nous a conduits la première année du séminaire à nous intéresser à la clinique, entre autres, de Margaret Little, Lucia Tower et Barbara Low.
La deuxième année, nous avons suivi Gloria Leff démêlant les embarras transférentiels de Freud avec Elfriede Hirschfeld, cure interminable qui l’a confronté à la question du contre-transfert pour lui-même, dans le même temps où Jung est empêtré dans sa relation avec Sabina Spielrein. L’enquête menée sur cette affaire met à jour l’inanalysé de la « situation analytique » traumatogène avec, en fond, l’énigme du transfert de pensée et l’attrait ambivalent de Freud pour l’occulte.
Nous avons repris la contribution de Ferenczi et l’évolution de sa recherche qui,
en intégrant l’Einfühlung – le « sentir avec » qu’il placera au cœur de la technique analytique – ne craint pas la régression à la « situation infantile » traumatique. Ce qui se répète du trauma est mis au centre du dispositif analytique, et c’est à la lumière des transferts réciproques entre analyste et analysant que s’opèreront les aménagements dans la conduite de la cure.
Restant dans les rails de son legs métapsychologique avec la dimension innovante qui le place comme précurseur de notre clinique contemporaine, nous poursuivrons cette année la voie engagée dans le voisinage de Bion. En nous familiarisant avec sa boîte à outils conçue « pour penser l’appareil à penser les pensées » avec, entre autres, « la capacité de rêverie de la mère » et sa fonction métabolisante, nous explorerons ce qu’il nomme le « groupe à deux » que constituent l’analysant et l’analyste et les processus en jeu dont résultent « transformations » et « croissance psychique ».

On s’inscrit en m’écrivant ou en me téléphonant.