Georgette BOCCHINI-REVEST
45, quai de Rive-Neuve
13007 Marseille
Tél. : 04 91 55 63 62
revest.georgette@wanadoo.fr
Yves LUGRIN
99, rue de Charonne
75011 Paris
Tél. : 01 48 07 23 55
yves.lugrin@orange.fr
Un samedi par mois
de 9h30 à 12h30
Adresse précisée à la rentrée
19/10, 09/11, 14/12, 11/01, 14/03, 13/06 (dates de février, avril et mai précisées ultérieurement)
Entre les deux grandes scissions de 1953 et de 1963, Jacques Lacan ouvre et soutient son retour au “sens de Freud” dans et par un dialogue critique, voire polémique, avec Sándor Ferenczi, Michael Balint et des analystes anglo-saxonnes : Margaret Little, Barbara Low et Lucia Tower.
Après les années du séminaire consacrées à l’abord des articulations “trauma-fantasme” et à celui des moments-limites dans le destin de toutes cures, nous poursuivrons cette année en reprenant les enjeux de ce dialogue de Lacan avec les auteurs ci-dessus cités et dont il questionne et subvertit les modes de théorisation de leur pratique. Ces analystes ont, plus que d’autres, radicalement interrogé la dynamique du transfert et la place qu’y tient la mise de l’analyste, en particulier dans les analyses dites difficiles où la répétition et la régression les mettent à l’épreuve. Épreuve qui engage le destin de la cure, quand l’analyste est sommé d’intervenir et de prendre la parole s’il veut restaurer chez l’analysant la confiance même dans le processus analytique et parer ainsi au risque des réactions thérapeutiques négatives.
Au fil de ce dialogue revisité, nous cheminerons au passage avec Wladimir Granoff, André Green, René Roussillon, Jacques Press, Piera Aulagnier et quelques autres probablement.

On s’inscrit en contactant l’un de nous (téléphone ou mail).