Enclave et négation

Tamara LANDAU-ROSENBERG
8, square de Châtillon
75014 Paris
Tél. : 01 45 42 84 02

Le 1er mardi du mois
à 21h15
au local
1re réunion le 3 octobre

Avec le concept d’enclave, j’élabore l’hypothèse que chez le sujet parlant la perception et la reconnaissance du corps propre, ainsi que le sentiment d’exister réellement, se structurent, dès la vie fœtale, selon les représentations psychiques, les fantasmes inconscients, le désir et le temps de l’Autre primordial. Les parents, la mère en particulier, structurent ainsi les signifiants primordiaux de l’enfant, à travers le regard et la voix, dans leur espace et le temps de leur désir.
J’avance donc l’idée qu’à la conception, la forclusion du temps est une structuration nécessaire pour intégrer l’enfant, au niveau symbolique et réel, dans l’espace. Je développe l’intuition de Dolto pour qui, au début de la castration primaire, la forclusion du Nom du Père produit une enclave psychotique qui est garante de la conservation du narcissisme du sujet et de la cohésion de l’image du corps. Je vais donc aborder tous les aspects cliniques liés à la permanence de cette première enclave inconsciente qui s’exprime par la forclusion du prénom.
 
On s’inscrit en me téléphonant et après un entretien.