La pratique analytique à l’épreuve des états dits limites

Georgette BOCCHINI-REVEST
45, quai de Rive-Neuve
13007 Marseille
Tél. : 04 91 55 63 62
revest.georgette@wanadoo.fr

Yves LUGRIN
99, rue de Charonne
75011 Paris
Tél. : 01 48 07 23 55
yves.lugrin@orange.fr

Un samedi par mois
de 9h30 à 12h30
La Boate
35, rue de la Paix
13001 Marseille
14/10, 11/11, 09/12, 13/01,
10/02, 17/03, 14/04, 09/06

La pratique analytique avec des patients souffrant d’un d’état dit limite confronte l’analyste et l’analysant à des événements contre-transférentiels et transférentiels éprouvants. Elle invite l’analyste à ne pas s’en tenir aux concepts fondamentaux et au cadre classique de la cure-type. Avec quelle inventivité, humanité et rigueur doit procéder l’analyste pour accueillir ces temps de turbulence de la cure et les transformer ensuite en temps de mutation subjective.

Comment traverser la défiance persécutive ? Comment penser la régression dans ses liens à la répétition ? Comment penser la complexité de la clinique des états limites à l’aune du refoulement (Freud), du clivage narcissique post-traumatique (Ferenczi). C’est dans la lignée ouverte par Freud, Ferenczi, Balint, Winnicott, Margaret Little et quelques autres, que nous poursuivrons cette recherche. Sans oublier Lacan et sa notion du réel et du désir de l’analyste.

Plusieurs interventions sont prévues en cours d’année :
– Le film « Spring Breakers » d’Harmony Korine (2013). La psychanalyse n’est pas la seule à se confronter à un état limite. « Le cinéma, avec cette œuvre, est lui aussi bousculé jusque dans sa forme », nous disent Emmanuel Vigier et Alexandra Drezen.
– « Les Passions vides » de Michèle Benhaïm, Érès, 2016.
– Alexandra Drezen, « Quelques équivoques entre le clivage freudien et la division du sujet chez Lacan ».

Une bibliographie sera adressée à chaque participant.
 
On s’inscrit en contactant l’un d’entre nous (téléphone ou mail).