Collège pour la formation

Le Collège pour la formation a été fondé pour répondre à la fois à la nécessité de la formation des psychanalystes et à la spécificité de la transmission de la psychanalyse. Il tient compte de la particularité de cette tâche qui ne saurait s’opérer sur le modèle universitaire, ni se dérober aux paradoxes du transfert.
Le Collège est un lieu d’expérimentation et de recherche d’une voie de transmission de la psychanalyse autre que dogmatique ou académique. Il ouvre un espace de travail à destination des membres adhérents de la SPF, plus particulièrement des analystes en formation. Collège pour la formation, et non Collège de la formation, car celle-ci reste toujours une question à rouvrir.
Il prend la forme de propositions de mise au travail, permettant aux analystes en formation d’être acteurs de leurs propres attentes de formation, dans un état d’esprit de rencontre, d’ouverture et de lien.
Le Collège est un temps de convergence des volontés de travail pour la psychanalyse. Il propose des conférences, des séminaires cliniques, des groupes cliniques et des groupes de travail. Il est animé par un Bureau composé de cinq membres renouvelés pour moitié tous les deux ans.
Le Collège est réservé aux membres de la SPF.

→ Accéder à l’Espace du Collège.

Bureau du Collège
Il est animé par : Cécile Babel, Sandra Hueber, Laurent James, Laurence Kunovsky, Bruno Secchi.
Contact : bureauducollegespf@gmail.com ou par téléphone (voir l’annuaire de la SPF).

Réunion de rentrée
Cette  réunion s’adresse à tous les adhérents intéressés par les activités du Collège. Elle sera l’occasion de présenter plus précisément son fonctionnement, les perspectives de travail pour l’année et d’en affiner ensemble les modalités.
Samedi 30 septembre 2017, à 14h, au local de la SPF.

Séminaires du mercredi
Ils se déroulent à l’USIC, à 21h15.

– Freud analyste
Patrick Guyomard et Catherine Muller

La psychanalyse commence dans la rencontre entre ces patientes, dites hystériques, et le désir de Freud. Elle est tout entière, écrira Lacan, « tributaire de ce désir ». La publication de l’analyse de Dora, la première des cinq psychanalyses, s’inscrit dans ce péché originel de la psychanalyse.
On s’attachera autant au récit de cette cure qu’à dégager, au fil des séances, la position de Freud : sa liberté, ses audaces, ses erreurs, ses hésitations et ce qu’il « devine ».
L’origine hystérique de la psychanalyse et la place de l’hystérie dans la clinique contemporaine seront les axes de ce séminaire.
·  Mercredi 11 octobre 2017 : Quel Œdipe ? Le désir du père
·  Mercredi 6 décembre 2017 : Madame K, qu’est-ce qu’une femme
·  Mercredi 17 janvier 2018 : Quelles sexualités pour Dora ?
·  Mercredi 7 février 2018 : Qu’est-ce qui se transfère ?
·  Mercredi 14 mars 2018 : Le désir hystérique et la vengeance de Dora

– Ces cures qui nous ont changés
Martine Bacherich et Jean-François Solal

En présentant le « Changement dans la cure », le séminaire que nous avons tenu les deux dernières années, nous argumentions que les « changements intéressent le patient comme l’analyste car ils infléchissent la dynamique du transfert ».
Les intervenants invités ont plutôt témoigné du changement chez le patient à l’occasion d’une interprétation ou de ce qui en tiendrait lieu, du surgissement de l’Einfall, de ce qui se présente d’imprévu, d’impromptu, voire d’incongru.
Aussi, cette année, nous mettrons au travail les changements opérés par telle cure, dans l’envisagement même de notre pratique. Comme chaque année, nos intervenants tenteront d’en répondre en nous exposant une expérience clinique que nous aurons à cœur de questionner.
·  Mercredi 8 novembre 2017 : Fernando Geberovich.
·  Mercredi 20 décembre 2017 : Jean-Jacques Tyszler.
·  Mercredi 31 janvier 2018 : Jean-Michel Hirt.
·  Mercredi 7 mars 2018 : Françoise De Gandt.
·  Mercredi 11 avril 2018 : Sabine Prokhoris.
·  Mercredi 16 mai 2018 : Annie Franck.

Rencontres du samedi
Au local de la SPF, trois samedis dans l’année, de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h.
2 décembre 2017, 3 février 2018, 7 avril 2018.
Les samedis matin seront consacrés à un travail sur la pratique clinique contemporaine. Il s’agira d’y apporter des éléments de notre pratique et de les mettre en lien avec des repères théoriques.
Les samedis après-midi seront consacrés à un travail de lecture de textes sur l’hystérie, en lien avec le travail sur Dora du séminaire du mercredi soir.
Les références des textes seront communiquées en début d’année.

Groupes de travail
Les collègues qui le souhaitent sont invités à s’organiser en petits groupes, sur le modèle des cartels, afin de se mettre au travail ensemble sur les propositions de l’année.
S’engager dans un travail en groupe permet d’approfondir sa propre élaboration théorique et son approche clinique en lien avec les autres.
Ces groupes de travail ont vocation à préparer des interventions qui viendront enrichir les échanges au cours du séminaire du mercredi soir « Freud analyste » et à l’occasion des rencontres du samedi.

 

Laisser un commentaire